A Rome,michaelkors lunettes, Padre Pio apporte la ferveur populaire au Jubilé de la miséricorde

Il était 17 heures exactement, vendredi 5 février, lorsque la dépouille de Padre Pio a franchi les limites du territoire du Vatican pour être prise en charge par les gardes suisses. Pour le saint, c’est la dernière étape d’un voyage commencé mercredi avec le départ du corps – protégé d’une double châsse de plexiglas – du sanctuaire de San Giovanni Rodonto (Pouilles), direction Rome, où il a séjourné d’abord en l’église Saint-Laurent-hors-les-Murs, puis dans celle de San-Salvatore-in-Lauro. Chaque halte à déplacé la foule.

L’exposition du saint dans la Ville éternelle est une première. Canonisé en 2002 par Jean Paul II, il a redonné par sa présence une ferveur populaire au Jubilé de la miséricorde qui se déroulera jusqu’au mois de novembre. A travers lui,lunette de vue tom ford homme, le pape François a choisi de célébrer le visage d’une Eglise accessible à tous les « blessés de la vie ». Il fallait compter deux heures de queue pour se signer devant son masque de silicone auquel ne manque pas un poil de barbe. Sa dépouille, ainsi que celle d’un autre capucin, le Monténégrin saint Léopold Mandic,lunette soleil guess, restera exposée dans la basilique Saint-Pierre jusqu’au 11 février.

Aubaine pour les hôteliers et les restaurateurs

C’est également une aubaine pour les hôteliers et les restaurateurs,lunette dior femme nouvelle collection, qui se lamentaient d’une fréquentation atone. Il est vrai que les médias italiens avaient décuplé leurs attentes en évoquant le chiffre mirifique de 30 millions de pèlerins venus franchir l’une des portes saintes des quatre basiliques majeures. Depuis, ce chiffre a été divisé par trois. Mais,adidas yeezy boost 350 beluga, à parcourir vendredi la via della Conciliazione qui mène au Vatican,lunette soleil homme tom ford, noire de fidèles accompagnant Padre Pio dans son prestigieux séjour, on veut croire les gargotiers rassurés.

Plus qu’un saint, Padre Pio,lunette soleil dior homme, né Francesco Forgione et décédé en 1968 à 81 ans, est d’abord l’incarnation d’un catholicisme populaire. On retrouve son visage affable et barbu partout : dans les taxis, les loges de…

Advertisements